Le Staline musulman

(et son partage de la Pologne kurde)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans mes précédents écrits, spécifiquement mon Atlas des guerres à venir, j'ai expliqué que la Turquie islamiste d'Erdogan tiendra vraisemblablement, dans le cadre de la prochaine confrontation, un rôle similaire à celui de l'URSS de Staline ou celui de la Russie à l'époque des guerres napoléoniennes, à savoir l'allié de la thalassocratie, un partenaire continental puissant utilisé pour prendre à revers et épuiser la tellurocratie, et ce même si cet allié est de circonstance, fortement éloigné des valeurs thalassocratiques et a pu partager une complicité temporaire avec la tellurocratie.

Ainsi de la Russie autocratique, plus proche du régime impérial napoléonien que du parlementarisme britannique, qui fut alliée de Napoléon après le traité de Tilsit avant que de lui redevenir hostile en refusant le Blocus continental contre l’Angleterre, ce qui poussa l’Empereur à se lancer dans la désastreuse invasion de 1812, où fut détruite la Grande Armée.

Ainsi de l’URSS stalinienne, partageant avec l’Allemagne nazie un régime totalitaire à l’opposé des valeurs britanniques et américaines, et qui fut alliée et complice d’Hitler par le Pacte germano-soviétique, avant que l’Allemagne ne l’envahisse à son tour et ne s’épuise sur ce Front de l’Est.

Concernant la Turquie d'Erdogan, ce parallèle se double du parallèle idéologique entre les frères ennemis fascisme-bolchévisme et poutinisme-islamisme : le poutinisme, comme son aîné le fascisme, est nationaliste, se réclame à la fois d'un nouvel ordre social et d'un retour à des valeurs traditionnelles, à des structures de pouvoir hiérarchisées et donnant une sorte de colonne vertébrale à la société, contre la société ouverte occidentale considérée comme « décadente ». L’islamisme, à l'image de son aîné bolchévique, ou communiste, est internationaliste et veut imposer un nouvel ordre social radicalement nouveau en considérant la doctrine islamique comme révolutionnaire. Par ailleurs, entre eux et comme leurs aînés, ces deux mouvement contestataires de l'ordre mondial capitaliste, libre-échangiste et sous égide américaine, se haïssent profondément.

 

Les récents développements me poussent à faire le point sur ce parallèle.

En effet, depuis quelques semaines Erdogan a lancé l'opération "Rameau d'olivier" afin de s'emparer de la région d'Afrine, à la frontière turque. Il est vraisemblable qu'après s'être emparé de ce bastion l'armée turque attaquera également autour de Manbij, voire envahira tout l'est syrien tenu par les YPG, la milice kurde liée au PYD, branche syrienne du PKK. Ce pourrait être, dans quelques mois ou semaines, la totalité du Rojava qui sera occupé par les forces armées turques.

En jaune, le territoire syrien tenu par les Forces démocratiques syriennes, essentiellement composées de Kurdes.

Tout ceci avec la bénédiction de Moscou, qui s'épargne ainsi la peine de mater lui-même les coriaces Kurdes au côté de son allié syrien. Le deal implique-t-il un retrait des forces turques une fois la besogne effectuée, ou Poutine a-t-il promis à Erdogan de lui laisser annexer le Rojava ?

Toute cette situation fait irrésistiblement penser au pacte germano-soviétique et au partage de la Pologne entre Staline et Hitler. Les Kurdes, d'ailleurs, sont un peu les Polonais du Moyen-Orient, dont le territoire fut régulièrement dépecé, parfois autonome, toujours menacé par de puissant voisins, et abandonnés par leurs extérieurs en dépit de la sympathie qu'ils peuvent leur inspirer.

A propos de Polonais, cela rappelle aussi, pour reprendre le parallèle cité plus haut, que leur territoire fit également l'objet d'un partage entre Napoléon et Alexandre lors du traité de Tilsit en 1807, lequel instaura également une alliance entre les deux empereurs : Napoléon, dépeçant la Prusse concéda à la Russie le district de Bialystok, tout en créant le Duché de Varsovie.

La nouvelle trajectoire semble donc se dérouler "normalement". 

Néanmoins, comme dans les autres cas, il  est peu vraisemblable que l'entente de Poutine et d'Erdogan puisse durer très longtemps : Bachar al-Assad n'acceptera pas facilement de laisser la Turquie s'emparer définitivement d'un tiers de son territoire, dans le même temps qu'Erdogan ne sera sans doute guère enclin à se retirer des territoires qu'il aura réussi à conquérir. Dans un deuxième temps, comme pour Staline et Hitler et Napoléon et Alexandre, le pacte finira par tourner au vinaigre. D'autant plus qu'il reste à mesurer l'efficacité réelle des troupes turques dans cette "vraie guerre" : depuis un an et demi, Erdogan a considérablement purgé les cadres de l'armée turque, et c'est avec une armée à peu près aussi décapitée que l'armée soviétique au début de la guerre d'hiver contre la Finlande qu'il se lance aujourd'hui à l'assaut de bastions tenus par des Kurdes durs à cuire et aguerris par six ans de durs combats. Une progression difficile des forces de la Turquie pourrait convaincre Poutine que l'armée d'Erdogan ne vaut rien et sera facile à battre, le jour venu.

 

Reste à ajouter un point important pour l'avenir de l'Europe : ce rapprochement, quoique bancal, de la Turquie avec la Russie dans une resucée du pacte germano-soviétique met l'OTAN en bien fâcheuse posture, de la même manière que le pacte Molotov-Ribbentrop bouleversa la situation stratégique en Europe, la France et le Royaume-Uni perdant leur principal allié de revers contre l'Allemagne. Aujourd'hui, le pilier sud de l'OTAN non seulement n'est plus fiable, mais pourrait même, en cas d'agression russe, paralyser totalement une réponse otanienne. Ce nouveau Pacte est aussi dangereux que le précédent.

© 2019 – Philippe Fabry

  • Facebook - White Circle
  • Twitter Clean