Croisement des courbes de puissance du Tellurocrate et de la puissance montante : Observation historionomique

Je voudrais aujourd'hui partager rapidement avec mes lecteurs une simple observation faite au cours d'une discussion avec des amis sur les occurrences modernes de couples tellurocrates/puissances montantes, tels que je les définis dans mon dernier livre.

Pour rappel, ces couples sont :

- l'Empire napoléonien et les Etats-Unis d'Amérique

- l'Allemagne nazie et le Japon impérial

- la Russie de Poutine et la Chine du PCC.

Nous avons constaté que d'occurrence en occurrence, la puissance relative de la tellurocratie semble diminuer, à mesure que celle de la puissance augmente ; ce qui fait qu'au total, la puissance comparée de la thalassocratie et de ses adversaires pris ensemble demeure la même.

Pour tenter de le montrer et de le mesurer quelque peu, je n'ai guère que deux instruments : l'observation historique des conflits sur chaque théâtre, et la puissance économique et industrielle de chaque pays, qui faute de mieux peut être mesurée par le PIB, actuel ou estimé.

L'observation historique est très simple : il est évident que les Etats-Unis d'Amérique, dans la guerre de 1812, ont donné bien moins de fil à retordre au Royaume-Uni que les Japonais aux Britanniques et aux Américains durant la Guerre du Pacifique ; et il est vraisemblable que dans le cas d'une confrontation conventionnelle entre la Chine et l'Amérique dans le Pacifique d'aujourd'hui, la situation serait encore plus difficile pour les Etats-Unis, vu la démographie importante et la capacité industrielle de la Chine, devenue l'usine du monde que le Japon ne fut jamais.

Inversement, l'on peut constater que l'Allemagne hitlérienne a représenté un ennemi légèrement moins coriace pour l'Amérique que ne l'avait été la France napoléonienne pour l'Angleterre, cependant que la Russie de Poutine, si l'on oublie son potentiel de destruction nucléaire, ne représente pas pour les Etats-Unis un danger militaire et industriel comparable à ce qu'était l'Allemagne d'Hitler.

 

Tout ceci se confirme et s'observe en reprenant les données économiques.

En effet, si l'on prend le PIB (tous les chiffres donnés ci-dessous sont en dollars internationaux) comme mesure de puissance, l'on constate une indéniable évolution des rapports bilatéraux en même temps qu'un maintien de la balance globale :

- Pour 1812, je n'ai pas trouvé d'estimation du PIB, mais elle se trouve aisément pour 1820. Or, moins de dix ans après la fin de la guerre anglo-américaine, le PIB du Royaume-Uni était d'environ 36 232 millions $, celui des USA 12 548 millions $, celui de la France 38 434 millions $ (source). En admettant que celui du Royaume-Uni, et celui des Etats-Unis qui n'avait subi que des destructions limitées, aient été plutôt stables, et que celui de la France, vaincue au terme des guerres napoléoniennes, ait subi une légère baisse, l'on constate que la France avait un PIB supérieur à celui du Royaume Uni, tandis que les Etats-Unis avaient un PIB trois fois inférieur. Le PIB cumulé des adversaires de la thalassocratie était d'environ 50 000 M$, donc supérieur de 30% au sien.

- Pour 1939, le PIB de l'Allemagne était d'environ 780 000 millions $ (830 000 millions $ en comptant celui de l'Autriche annexée) celui du Japon 300 000 millions $. Celui de l'Empire britannique était d'environ 550 000 millions $ (dont Royaume-Uni environ 300 000 millions $), et celui des Etats-Unis d'environ 2 700 000 millions $. Seul, le Royaume-Uni n'aurait vraisemblablement pas été capable de vaincre l'Allemagne et le Japon, même avec toutes les ressources de son empire : son PIB était moitié moindre que celui cumulé de ses deux adversaires. Cela a provoqué le passage du témoin à la nouvelle thalassocratie américaine, aux reins assez solides pour vaincre les deux simultanément. L'on note toutefois une diminution de la puissance relative de l'Allemagne par rapport au Japon impérial, avec un PIB qui n'est plus que 2,5 fois supérieur, tandis que celui de la France napoléonienne était plus de trois fois celui des jeunes USA.

- En 2016, le PIB de la Russie était de 3 297 000 millions $, celui de la Chine de 19 131 000 millions $,  celui des USA de 17 046 000 millions $. Le PIB cumulé des adversaires de la thalassocratie est donc d'environ 22 500 000 M$, soit 30% supérieur au sien. L'on retombe sur une proportion totale voisine de ce qu'elle était en 1812, à la différence que c'est désormais la puissance montante dont le PIB dépasse, seul, celui de la thalassocratie, tandis que celui de la tellurocratie russe représente moins de 20 % de celui de la thalassocratie.

L'on constate donc bien une sorte de basculement avec une diminution de la puissance relative de la tellurocratie et un accroissement relatif de celle de la puissance montante. L'on constate aussi que le caractère disproportionné de la puissance américaine lors de la Seconde guerre mondiale a aujourd'hui disparu, et que l'Amérique confrontée simultanément à la Russie et à la Chine serait dans une situation similaire à celle du Royaume Uni en 1812, à la différence près que, pour la première fois, l'ennemi le plus redoutable serait cette fois la puissance montante, et non la tellurocratie.

© 2019 – Philippe Fabry

  • Facebook - White Circle
  • Twitter Clean